dimanche 25 juin 2017

"Danser" (Astrid Eliard)


Ils sont trois, âgés de treize ans, qui viennent d'entrer en première division à l'école de danse de l'Opéra de Paris: Chine la discrète, ravie d'échapper à une mère célibataire et négligente; Delphine la sociable qui passe son temps à l'infirmerie et se cache pour pleurer parce que ses parents lui manquent trop; Stéphane le cadet d'une famille de cinq garçons, prodige au physique disgracieux que les hormones commencent à tourmenter. Ils ont les mêmes problèmes, les mêmes interrogations, les mêmes doutes que tous les adolescents, mais doivent les mettre de côté pour se plier aux exigences de leur vocation précoce. Car pour devenir une Etoile comme ils en rêvent tous, ils ne peuvent se permettre aucun manquement à la discipline et doivent rester maîtres de leur corps en toutes circonstances...

Les amateurs de danse classique savent déjà combien l'apprentissage des petits rats est réputé difficile; les autres le découvriront ici à travers les trois jeunes héros qui tour à tour racontent la naissance de leur passion et leur adaptation à la vie de cet internat très particulier. A un âge où on ne pense souvent qu'à s'amuser et à enchaîner les expériences nouvelles, eux ont déjà choisi leur carrière et doivent presque tout lui sacrifier. Astrid Eliard pourrait forcer le trait en insistant sur la fatigue physique, les dérapages alimentaires ou les rivalités entre élèves; au lieu de ça, sans nier ces derniers, elle choisit de se concentrer sur l'intimité de ses personnages, leurs pensées les plus sincères et leurs sentiments les plus délicats ou les plus vifs. Un roman qui se lit d'un trait, et dont je regrette seulement la fin un peu abrupte.

samedi 24 juin 2017

"Gloutons & dragons T1" (Ryoko Kui)


C'est un groupe d'aventuriers tout ce qu'il y a de plus classique, parti à l'assaut d'un de ces donjons dans lesquels plusieurs de mes alter ego ont traîné leurs guêtres durant une bonne partie de mon adolescence. Quand sa soeur se fait gober par un dragon, le guerrier de la bande décide de repartir à l'assaut pour la délivrer avant qu'elle ne soit digérée. Le voleur est partant pour le suivre; la magicienne elfe crève la dalle et veut manger d'abord. Mais leurs fonds sont au plus bas, et on trouve peu de tavernes dans les sous-sols infestés de pièges et de créatures redoutables. Heureusement, nos aventuriers croisent le chemin d'un nain très versé dans la cuisine de monstres...

"Gloutons & dragons": le manga qui invente la gastronomic fantasy, clame la quatrième de couverture de ce tome 1. Et de fait, comme dans tout bon manga culinaire qui se respecte, chaque chapitre porte le titre d'un plat dont on suit la préparation et la dégustation. Sauf qu'ici, les personnages n'achètent pas les ingrédients au supermarché: ils doivent les chasser en risquant leur peau. Si le guerrier bien propre sur lui nourrit des fantasmes gustatifs délirants, la magicienne elfe, en revanche, pousse des cris hystériques devant le contenu de sa gamelle - avant de finir par admettre que c'est étonnamment délicieux. Quant au nain, il tient absolument à ce que l'équilibre diététique soit respecté et fournit la composition en protéines, en graisses, en vitamines et en minéraux de chacune de ses recettes.

J'ignore si les lecteurs biclassés rôlistes/gourmands, et donc susceptibles de goûter pleinement le piquant de cette série, sont légion. Mais j'en fais définitivement partie. Comment éplucher une mandragore? Y a-t-il quelque chose à bouffer dans une armure animée? Dans le basilic, du serpent et du coq, qui est la tête et qui est la queue? Comment récupérer l'huile du piège censé vous ébouillanter pour faire plutôt une bonne friture? "Gloutons & dragons" répond à toutes ces questions que vous ne vous êtes jamais posées, et plus encore! Un mélange  aussi improbable que réussi.

vendredi 23 juin 2017

"La merveilleuse boutique de crèmes glacées de Viviane" (Abby Clements)


Anna, 28 ans, est responsable marketing du Royal Pavilion, à Brighton, et vient d'acheter un appartement où elle compte s'installer avec son petit ami Jon et le jeune fils de celui-ci, Alfie. Sa soeur cadette Imogène bourlingue en Thaïlande où elle prend des photos sous-marine en vue de monter une exposition. A la mort de leur grand-mère bien-aimée, Viviane, elles héritent de sa boutique de crèmes glacées rétro qui vivotait à grand-mal depuis quelques années. Ce qui ne cadre pas du tout avec leurs projets de vie respectifs...

Visiblement, la recette qui permet à Jenny Colgan de cartonner dans les ventes fait des émules! Le problème, c'est qu'Abby Clements n'est pas aussi douée pour restituer des atmosphères qui font rêver, que ses dialogues sont loin d'être aussi vifs et que son histoire ne ménage pas la moindre surprise. Prévisible et nettement moins savoureux que les glaces de ses héroïnes, "La merveilleuse boutique de crèmes glacées de Viviane" est tout juste potable comme lecture de train ou de plage - vite lu, vite oublié. 

lundi 19 juin 2017

"Eléctrico 28" (Davide Cali/Magali Le Huche)


Bonjour, je m'appelle Armalite et j'achète des livres pour enfants juste pour les jolis dessins. Ici, ceux de Magali Le Huche dont j'avais adoré la version illustrée du roman jeunesse "Verte" de Marie Desplechin. En plus, l'histoire se passe à Lisbonne, une ville que j'adore et où j'ai déjà séjourné deux fois. Le tram 28, d'un jaune bien pimpant, est une institution là-bas: il monte et descend à travers les quartiers populaires, dans des passages parfois à peine plus larges que lui et en dessinant des virages hyper serrés.

Amadeo est le conducteur d'un de ces trams, un grand romantique qui se plaît à favoriser les rapprochements entre amoureux transis à l'aide de trois manoeuvres de son cru. Jusqu'au jour où il se retrouve à la retraite et se sent un peu seul... L'histoire est tendre et pleine de charme, l'atmosphère de Lisbonne rendue avec beaucoup de justesse. "Eléctrico 28": une jolie invitation au voyage et aux bisous, à partir de 3 ans et sans limite d'âge!



dimanche 18 juin 2017

"Les sorcières du clan du Nord T1: Le sortilège de minuit" (Irena Brignull)


Il y a 300 ans, une prophétie a prédit qu'une Hawkweed deviendrait la nouvelle reine de tous les clans de sorcières. Crécerelle Hawkweed tient à ce que le pouvoir revienne à sa fille Surelle. Alors, quand sa soeur Charlock accouche à son tour, elle se débrouille pour échanger magiquement le bébé contre une autre fillette née au même moment.

Ainsi Poppy, brune et ombrageuse, grandit-elle au sein d'une famille ordinaire en provoquant à la fois la folie de sa mère et quantité de phénomènes qui échappent à sa compréhension. De son côté, Clarée, blonde et douce, mène la triste existence d'une sorcière sans pouvoir méprisée par toutes ses soeurs. Mais à l'adolescence, le destin finit par les réunir - et contre toute attente, une amitié très forte grandit entre elles...

J'avoue: plus encore que le thème, c'est la superbe couverture embossée de "Le sortilège de minuit" qui m'a donné envie de le lire. Qu'il s'agisse du physique des deux héroïnes, de leur façon de s'habiller ou de l'endroit dont elles sortent, tout ce qui les oppose y est parfaitement illustré. Poppy et Clarée ont grandi avec l'impression de ne pas être à leur place, un sentiment commun à beaucoup d'adolescent(e)s. Sauf que dans leur cas, elles ont raison sur un plan très littéral! 

Plusieurs choses m'ont agréablement surprise dans ce premier roman d'Irena Brignull. D'abord, au lieu de situer cette histoire dans un monde de fantasy ou un passé vaguement historique, l'auteure choisit de la faire se dérouler de nos jours dans un pays occidental qui n'est jamais nommé - mais où on boit du Coca zéro. Comme elle s'abstient également de moderniser le concept de sorcières, elle produit un authentique choc de cultures entre le clan archaïque installé dans des roulottes au fond des bois et le monde extérieur qui est celui que connaissent tous les lecteurs. (En contrepartie, on a parfois du mal à suspendre son incrédulité: il semble impossible que les sorcières n'aient jamais été découvertes et, avec tous leurs pouvoirs, se contentent de vivre en recluses sur un territoire aussi limité!)

Autre bonne surprise: l'atmosphère très noire, surtout pour un roman jeunesse. La mère de Poppy est devenue folle et a dû être internée; son père tient la jeune fille responsable de tous leurs malheurs et ne lui prodigue jamais la moindre marque d'affection. Leo, le garçon qui va bientôt se retrouver tiraillé entre Poppy et Clarée, est SDF depuis plusieurs années, et l'auteure présente ses conditions de vie sous un angle des plus réalistes qui tord le coeur. Je ne suis pas fan des triangles amoureux, bien trop fréquents à mon goût dans la littérature jeunesse, mais le personnage de Leo est ici celui que j'ai trouvé le plus attachant. 

Le point faible de ce tome 1, c'est qu'il explore assez peu le fonctionnement de la société des sorcières (il ne s'attarde pas non plus sur le monde ordinaire où Poppy a grandi, mais on s'en fout, parce que tous les lecteurs le connaissent déjà). Par exemple, chaque clan vivant tout seul dans son coin en auto-suffisance, on peine à comprendre l'intérêt et la fonction d'une reine, ou la raison pour laquelle les sorcières sont prêtes à s'entre-tuer pour des questions de succession, ce qui amoindrit l'impact de la confrontation finale. Mais comme il s'agit d'une série, j'imagine que le sujet sera abordé dans les tomes suivants. 

Merci à Gallimard Jeunesse pour cette lecture. 

samedi 17 juin 2017

"Miss you" (Kate Eberlen)


Teresa et Angus se croisent pour la première fois à Florence, à la fin de l'été 1997. Teresa est alors sur le point de perdre sa mère d'un cancer et de voir ses rêves d'études universitaires s'envoler car elle est la seule à bien vouloir s'occuper de sa petite soeur autiste, Hope. De son côté, Angus court pour oublier que quelques mois plus tôt, son frère aîné Ross - le fils préféré de leurs parents - est mort dans un accident de ski. Il s'apprête à faire médecine comme le défunt, mais sans aucun enthousiasme. Au fil des ans, Teresa et Angus ne vont cesser de se rater partout où ils iront avant de se découvrir à un moment où il semble qu'il n'y a plus d'espoir pour eux...

Si cette présentation de "Miss you" vous rappelle "Un jour" de David Nicholls, c'est bien normal - moi-même, je n'ai cessé de comparer les deux durant ma lecture. Mais le roman de Kate Eberlen, lui, fait fi de tout souci de vraisemblance. Seize ans de rencontres manquées pour que, à la fin, les deux héros se rappellent qu'ils se sont parlé pendant trente secondes lors de leurs précédentes vacances en Italie. J'avoue, je suis jalouse de leur mémoire. En revanche, ils peuvent se garder le manque de discernement qui leur fait enchaîner des choix de vie épouvantables jusqu'au moment où le coup de foudre les frappe enfin et où ils commencent à parler mariage au bout de 24 heures.

On ne dirait pas, mais j'ai dévoré "Miss you". Malgré l'énorme suspension d'incrédulité qu'il exige du lecteur, je l'ai trouvé bien écrit, à la fois touchant et réaliste dans sa façon d'aborder des sujets difficiles tels que le deuil, l'autisme ou le cancer. J'ai apprécié le fait que les vies parallèles des deux héros se faisaient écho de maintes façons, de sorte qu'ils semblaient réellement destinés l'un à l'autre. Et j'ai beaucoup apprécié la conclusion de Gus, dans le genre "De toute façon, on ne sait jamais de quoi demain sera fait". Puis ce n'est pas tous les jours qu'on lit une histoire d'amour qui s'arrête au moment de la rencontre des amoureux!

Article publié à l'origine en septembre 2016, 
et mis à jour en raison de la parution de l'ouvrage en français depuis cette date

vendredi 16 juin 2017

"Comment maximiser (enfin) ses vacances" (Anne Percin)


MAXIME MAINARD EST DE RETOUR!

Pardonnez-moi de crier, mais j'ai littéralement bondi de joie en découvrant au hasard du rayon jeunesse de ma Fnac qu'Anne Percin venait de sortir un quatrième tome des aventures de son héros si gouailleur et attachant. Déjà deux ans que j'avais dévoré les trois premiers, et je n'espérais pas revoir Maxime un jour. Pour une bonne surprise...

Dans "Comment maximiser (enfin) ses vacances", Maxime vient de décrocher son bac avec mention très bien et... d'être recalé à l'entrée de Sciences Po, où il rêvait de faire ses études depuis toujours. C'est l'occasion d'explorer sa nouvelle passion pour la musique. Maxime embarque les autres membres de son groupe de rock, mais aussi ses potes Alex et Kévin, sa petite amie Natacha et même sa soeur Alice: direction le bassin d'Arcachon, où le Kremlin a été engagé pour se produire durant le festival de la Moule...

Autant le dire de suite: je n'ai pas tout aimé dans cette "saison 4". L'humour de Maxime, qui me faisait mourir de rire jusqu'ici, m'a paru souvent forcé, et extrêmement lourdingue par moments. Surtout, j'ai eu un gros problème avec le fait que, lors de ses disputes avec Natacha, tous deux se bousculent et se mettent des claques. Je trouve que banaliser la violence physique sous prétexte qu'il s'agit de jeunes gens au tempérament vif est un parti pris dangereux lorsqu'on s'adresse à un lectorat adolescent. Même s'il ne s'agit que de deux ou trois scènes courtes sur 400 pages, c'est un élément qui m'a beaucoup dérangée, voire choquée.

A côté de ça, l'auteure décrit très bien les sentiments de Maxime lorsqu'il est sur scène, la façon dont la musique le transporte. Et j'ai aimé qu'elle l'amène à remettre son avenir en question, à s'interroger sur ce qu'il veut vraiment et à envisager des possibilités nouvelles - c'est, de nos jours, un thème qui peut parler à beaucoup d'adultes! C'était chouette aussi d'en apprendre davantage sur les acolytes de Maxime, notamment les trois autres membres du Kremlin, et de les voir évoluer au fil du temps. Dans l'ensemble, malgré tout, un bilan de lecture mitigé qui m'empêche de souhaiter une "saison 5".